beaux-parleurs-storytelling

Beaux parleurs : découvrez le secret de leur incroyable succès

Vendre du rêve en racontant des histoires à dormir debout ? Voilà la recette miracle des beaux parleurs pour faire tomber n’importe quelle fille dans leurs bras !

Même si cette méthode est quelque peu contestable, il faut avouer qu’elle reste redoutablement efficace.

C’est la raison pour laquelle je pense que vous avez tout intérêt à découvrir pourquoi l’art de raconter des histoires permet à ceux qui ont la langue bien pendue d’avoir la cote auprès des filles.

1 • Il était une fois le storytelling

• Les mythes, contes et légendes sont à l’origine de nos civilisations

Le storytelling existe depuis la nuit des temps !

Autour d’un feu de camp ou devant la télévision, l’être humain a toujours été un insatiable producteur et consommateur d’histoires.

Pour preuves, les peintures rupestres des premiers hominidés avaient probablement pour objectif de raconter des histoires, des mythes et des légendes.

L’anthropologie démontre depuis très longtemps qu’il n’existe pas de société sans mythes. Car ce sont les mythes qui permettent la transmission des valeurs et des normes sociales.

Ces récits merveilleux n’étaient donc pas uniquement destinés à la distraction. Bien au contraire, il semblerait qu’ils aient eu un très grand rôle à jouer dans la survie de l’espèce !

Car ces histoires avaient pour objectif d’inciter les individus à se conformer aux règles du clan. Elles favorisaient la résolution des confits et la coopération.

Les histoires permettaient donc d’améliorer la cohésion du groupe. Uni, ils devenaient plus fort et pouvaient marcher comme un seul homme, à la conquête de nouveaux territoires.

C’est ainsi que ces peuples primitifs réussirent à disséminer leurs gènes à travers le globe et entrer à leur tour dans la légende en fondant les premières civilisations.

Moralité de l’histoire, l’union fait la force ! Et l’histoire fait la morale.

 La morale de l’histoire

La morale, justement parlons-en. Car visiblement, elle est inhérente aux mythes, contes, légendes et récit en tous genres.

Souvenez-vous de ce que vous avez appris à l’école, L’Illiade et l’Odyssée, les fables de La Fontaine, les contes de Charles Perrault. Ces histoires avaient pour principales missions de vous transmettre des valeurs et de vous apprendre les règles de bonne conduite en société.

Et avant c’était à l’église que l’on enseignait la morale. Pendant des siècles, la religion a tenu une place centrale dans la vie des hommes. Leur dictant leur conduite, expliquant la place de chacun dans la société. Un incroyable succès, rendu possible grâce aux livres, cérémonies, peintures et monuments qui donnèrent corps aux histoires.

La Bible fut le premier livre écrit au monde et aussi le premier imprimé. Et à ce jour, elle reste le livre le plus vendu de tous les temps (4 milliards d’exemplaires tout de même). Elle a tellement marqué les esprits qu’aujourd’hui, en Europe, on parle de culture judéo-chrétienne.

Certains scientifiques avancent l’hypothèse que les religions auraient permis la coopération humaine à plus grande échelle.

D’ailleurs, l’étymologie du mot religion pourrait bien être apparentée au verbe « relire » ou « relier ». La religion aurait-elle eu à l’origine l’ambition de relier les hommes entre eux ? Encore un indice qui vient étayer l’idée que le récit joue un rôle essentiel dans la construction des liens sociaux.

2 • Mais au fait, pourquoi sommes-nous si sensible aux belles histoires ?

• Guidé par vos émotions

Une histoire, lorsqu’elle est bien racontée, vous transporte littéralement dans un autre univers. Vous vous identifiez aux différents personnages et ressentez leurs émotions au plus profond de vous.

C’est l’avantage du storytelling. Il sollicite vos sens au lieu de faire appel à votre raison. Réfléchir nous coûte cher en temps et en énergie, alors la plupart du temps nous nous laissons guidés par nos émotions, notre ressenti, bref notre inconscient.

C’est pour cette raison qu’un message enrobé dans une histoire émouvante est très facilement assimilé par notre cerveau. Parce qu’on peut le comprendre sans avoir à faire d’effort intellectuel.

Pour comprendre le phénomène, je vous laisse visionner cette courte vidéo à propos du fonctionnement du cerveaux émotionnel et rationnel.

Certes, votre cerveau se fatigue moins. Mais l’inconvénient c’est qu’il devient beaucoup plus facilement manipulable.

C’est du pain béni pour les pros de la communication. Qu’ils soient publicitaires ou politiciens.

 Le storytelling et les gourous du marketing

Depuis que les gourous du marketing ont compris le formidable pouvoir de cet outil de communication, le storytelling a envahi toutes les sphères de notre vie. L’art du récit ne se limite plus à délivrer des messages de vivre ensemble mais est utilisé à des fins commerciales.

Qu’il s’agisse de vous vendre un stylo ou la direction d’un pays, plus rien n’est laissé au hasard.

La technique est maintenant bien connue des politiciens. Ce sont même eux les premiers à dire qu’une belle histoire vaut mieux qu’un long discours. Alors, dans les conférences officielles, les stories se substituent aux arguments raisonnés et aux statistiques.

Mais ce ne sont pas les seuls à user de ce stratagème. Les entreprises aussi, mettent en scène leur histoire pour se construire une image de marque. Cela leur permet entre autres d’avoir un meilleur engagement de leurs salariés.

Grâce au storytelling, leurs employés s’identifient aux valeurs de l’entreprise. Et défendent les intérêts de leur boîte avec plus de ferveur que jamais.

Sans oublier les industriels, qui ne peuvent plus vendre un seul yaourt sans nous coller l’image d’une petite laitière mélangeant patiemment les ingrédients dans sa marmite.

Oui oui, bien sûr, on y croit. Et la marmotte, elle plie le chocolat dans le papier d’alu ?

Et le plus fou dans toute cette histoire, c’est que ça marche ! Avec le storytelling, les ventes explosent. Au point que certains produits se vendent même uniquement grâce au packaging.

Connaissez-vous l’histoire vraie du mec devenu millionnaire en vendant des cailloux ? Je vous laisse découvrir en cliquant sur le lien.

Cela vous montre à quel point le récit prend une place prépondérante dans votre vie de tous les jours mais n’explique pas pour autant pourquoi les beaux parleurs ont la cote auprès des femmes ?

3 • Pourquoi les beaux parleurs ont la cote auprès des femmes ?

• Une découverte scientifique surprenante

Un groupe de scientifiques a exploré, dans un premier temps, l’impact des contes sur le comportement coopératif des individus dans une communauté de chasseur-cueilleur (les Aetas, aux Philippines).

Comme ils s’y attendaient, ils ont découvert que les bons conteurs favorisent la coopération dans les camps.

Forts de leur trouvaille, ils ont approfondi leur recherche en faisant une série de petites expériences sociales afin de découvrir si les meilleurs conteurs de chaque tribu pouvaient tirer un bénéfice direct de leur talent de narrateur.

Ils ont tout d’abord demandé aux participants de nommer les meilleurs conteurs de leur camp. Pour ensuite leur demander de choisir 5 personnes avec qui vivre dans leur camp. Et ainsi découvrir que les bons conteurs avaient deux fois plus de chance d’être nommés par rapport aux autres membres du groupe. Ils étaient donc plus apprécié que les individus réputés être habiles à la chasse, à la pêche ou à la récolte de tubercules.

Ce qui prouve à quel point l’art de la narration occupe une place plus centrale encore que les compétences de recherche de nourriture !

Également, dans un autre jeu (de distribution des ressources de riz), les bons conteurs étaient plus susceptibles de recevoir du riz que les autres participants. Ce qui peut être interprété comme une récompense de leur public.

Et ce n’est pas tout. Les scientifiques ont également remarqué que les conteurs habiles ont un succès reproducteur plus élevé. Ils ont en effet généralement plus d’enfants que les conteurs moins doués.

Pour autant, quand je parle de beau parleur, je ne parle pas ici du manipulateur sans scrupules. Mais plutôt du leader, qui arrive à fédérer une communauté et à donner du sens à son existence pour qu’ensemble tout le monde continue à oeuvrer dans un même but.

Tout ça grâce à son talent de conteur.

• Du beau parleur au menteur

Malheureusement, dans la plupart des cas, le beau parleur pâtit d’une mauvaise image. Probablement parce qu’il désigne aussi bien un bon orateur qu’un bonimenteur.

C’est parce que le therme s’est complètement galvaudé au fil du temps. Aujourd’hui quand on pense beau parleur, on pense d’abord à quelqu’un qui raconte des salades, qui abuse de la parole pour manipuler et tromper les autres.

Pourtant ce n’est pas parce que quelqu’un séduit par ses paroles qu’il cherche forcément à vous embobiner.

Si tous les baratineurs sont des beaux parleurs, la réciproque n’est pas forcément vrai.

Encore une fois, tout dépend des intentions cachées derrière ces belles paroles.

Si les intentions du beau parleur sont louables, si c’est une personne bienveillante, alors tant mieux qu’il sache bien parler. Il aura plus de facilité à faire le bien autour de lui. Pensez à Martin Luther King ou même Gandhi.

Quelqu’un dont le but est de satisfaire ses propres intérêts aux dépends des autres n’aura aucun scrupule à raconter des histoires mensongères. Mais ça ne veut pas dire pour autant que « vendre du rêve », c’est mal. Ça veut juste dire que cette personne-là est égoïste ou malveillante et que tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins.

Alors messieurs, si vous savez parler avec éloquences et que vos intentions sont bonnes, surtout ne vous privez pas. Faites profiter les autres de vos histoires à dormir debout.

Même si vous les faites marcher un peu en racontant des anecdotes farfelues complètement capillotractées, je suis sûr que personne ne vous en voudra. N’oubliez pas que vous leur vendez du rêve et ça c’est de l’or en bar.

Et si on s’en tient aux résultats de l’étude citée un peu plus haut, il y a même des chances pour qu’on vous offre une ration de riz en plus et que les femmes aient soudainement envie de venir s’installer plus près de vous (garantie plus efficace que de mettre du déodorant axe).

Conclusion

→ Un message enrobé dans une histoire émouvante est très facile à assimiler pour votre cerveau. Car la plupart du temps vous ne réfléchissez pas et vous laissez guider par vos émotions.

→ Les mythes, contes, légendes et récits en tous genres permettent de transmettre facilement les valeurs et les normes sociales du groupe. Ce qui permet d’améliorer la cohésion du groupe et donc sa survie.

→ Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les bons conteurs apportent d’avantages de confort et de chance de survie au groupe que d’autres membres réputés habiles à la cueillette ou à la chasse. Car c’est l’union qui fait la force.

→ La capacité qu’ont certains individus, à fédérer une communauté est récompensé par « des rations de riz en plus » et aussi par un succès reproducteur plus élevé. Voilà pourquoi les beaux parleurs ont un succès fou avec les femmes.

Maintenant, reste à savoir comment devenir un beau parleur, mais ça c’est une autre histoire. Peut-être que cet autre article expliquant comment avoir une conversation captivant et éviter les blancs pourrait vous aider.

Laisser un commentaire

L'adresse email ne sera pas publiée.Les champs marqués d'une astérisque sont obligatoires. *

love hgiugougoulg
: