L’affirmation de soi dans le couple

Vivre en couple dans une parfaite harmonie vous semble être une utopie ? Peut-être faites-vous malheureusement partie de ces nombreux couples qui s’enferment dans des relations toxiques ? Un manque de communication de nos besoins ou au contraire un manque d’écoute des besoins de l’autre en est souvent la cause.

La clé de notre bien-être est pourtant très simple, c’est l’assertivité : l’affirmation de soi au quotidien sans écraser notre entourage ni le manipuler.

 

 

 

 

1 • A la recherche d’une communication efficace

 

 

Comment fonctionne la communication ?

 

 

Pour qu’une communication ait lieu, il faut d’abord que les cinq éléments suivants soient réunis :

  • L’émetteur, élément qui comme son nom l’indique émet un message.
  • Le récepteur, élément qui recevra le message
  • Le message, élément porteur d’information quelle qu’elle soit.
  • Le code ou langage en lequel le message est formulé
  • Le canal ou la voie par laquelle va circuler le message de l’émetteur vers le récepteur.

Les éléments qui pourraient perturber la compréhension du message sont appelés bruits. Le feedback est émis par le récepteur pour indiquer qu’il comprend ou non le message.

 

 

• Pourquoi parfois on ne se comprend pas ?

 

Une communication est bonne quand le message émis correspond au message reçu. A l’inverse, si le message interprété par le récepteur ne correspond pas au message émis par l’émetteur, la communication est mauvaise.

Il existe trois niveaux de distorsion possibles :

  • Entre ce que l’émetteur pense et ce qu’il dit (verbalisation imprécise, attitude non-verbale inadaptée).
  • Au niveau des interférences possibles (bruits qui gênent la compréhension du message).
  • Entre le message parvenant au récepteur et la façon dont il l’interprète (se qu’il comprend, ce qu’il a envie de comprendre).

L’émetteur verbalise son message de tel manière que le récepteur reçoit un message opposé.

 

 

 

 

 

2 • Les différents types de comportements relationnels

 

 

Il existe quatre différents types de comportements relationnels qui vont empêcher ou favoriser la bonne compréhension du message.

 

 

• Passif

 

  • N’exprime pas ses besoins, attends qu’on les devine.
  •  Parle 5% du temps et laisse parler les autres 95% du temps.
  • Ne se respecte pas. 
  • Se dévalorise.
  • Baisse les yeux et la tête, voix faible et peu audible.
  • Fuis les conflits, se laisse dominer par les autres.
  • Ressens beaucoup de frustration et de mal-être de ne pas s’être exprimé.
  • Besoin de reconnaissance et de protection.

 

 

Agressif

 

  • • Exprime ses besoins.
  • • Parle 95% du temps et laisse l’autre s’exprimer 5% du temps.
  • • Ne respecte pas l’autre.
  • • S’exprime sans détour, voir brutalement. 
  • • Manque d’écoute ou d’attention.
  • • Fait des critiques et des reproches.
  • • Regarde l’autre fixement, sa posture est tendue, parle fort.
  • • En cas de conflit, n’hésite pas à contre-attaquer.
  • • Satisfait de s’être exprimé, mais ressent de la culpabilité à l’idée d’avoir fait du mal à l’autre.

 

 

Manipulateur

 

  • • Exprime ses besoins de manière indirecte.
  • • Parle environ 50% du temps, et écoute ses interlocuteurs environ 50% du temps.
  • • Ne respecte pas l’autre.
  • À la recherche des erreurs et des faiblesses de l’autre.
  • • Bonne écoute de l’autre, fait des efforts réels pour le comprendre.
  • • Dissimulation. Attitude intéressée, intelligente, habile.
  • Évite les conflits, préfère culpabiliser et manipuler son interlocuteur.
  • • Satisfait de s’être exprimé, mais ressent de la culpabilité à l’idée d’avoir fait du mal à l’autre.

 

 

• Assertif

 

  • •  Exprime ses besoins.
  • •  Parle environ 50% du temps, et écoute ses interlocuteurs environ 50% du temps.
  • •  Respecte l’autre.
  • •  Écoute attentive, ouverture vers les autres.
  • •  Constamment en accord avec soi-même.
  • •  Attitude directe, claire et précise dans son expression.
  • •  Regarde l’autre bien en face, sa posture est décontractée, sa voix est claire et suffisamment forte.
  • •  En cas de conflit d’intérêts, cherche un compromis.
  • •  Sentiment de bien-être de s’être exprimé, sans gêner l’autre.

 

Chacun de nous possède ces quatre caractéristiques en soi, mais elles sont plus ou moins présentes et dominantes en fonction de chacun.

Dans de trop nombreuses situations, nous adoptons des attitudes « réflex » pour communiquer : passif, agressif ou manipulateur. Ces mécanismes de « survis », appris et répété, depuis notre plus jeune âge génèrent beaucoup de tensions, d’incompréhension et de perte de temps.

Si l’on veut communiquer de manière optimum, nous devons adopter une attitude assertive.

 

 

 

 

3 • L’assertivité, c’est l’attitude idéal pour communiquer avec les autres

 

 

• L’assertivité permet de développer une bonne estime de soi

 

Lorsque nous nous affirmons, nous nous autorisons à être nous-même. Communiquer avec assertivité permet d’exprimer et faire entendre nos besoins avec confiance, assurance et respect de l’autre et nous apporte beaucoup de bien-être.

Bien sûr, pour s’exprimer dans le respect de soi et des autres, il faut pouvoir s’appuyer sur une solide confiance en soi, en les autres et en la vie. Mais c’est aussi parce qu’on s’exprime ainsi que notre confiance en soi augmente.

C’est ce qu’on appelle un cercle vertueux.

Plus nous établissons nos limites, plus notre entourage les respecte, plus nous gagnons en confiance pour les établir davantage.

 

 

• L’assertivité permet d’entretenir des relations saines et harmonieuses

 

En fait, c’est l’arme qu’il nous faut pour mieux réussir dans la vie. C’est grâce à l’assertivité qu’on peut établir des relations harmonieuses avec nos collègues, nos amis et notre famille.

Même si nous ne pouvons pas développer de bonnes relations avec tout le monde (tout le monde n’a pas la capacité à communiquer avec assertivité) un bon niveau d’affirmation de soi nous permettra toujours de résoudre plus aisément d’éventuels problèmes relationnels.

L’assertivité s’inscrit dans une relation gagnant-gagnant, elle nous permet de résoudre tous les conflits par le compromis.

L’assertivité est la preuve que nous avons développé une bonne estime de soi. Nous sommes beaucoup moins susceptible de subir des maltraitances ou du harcèlement, car nous savons les reconnaître, nous défendre et poser nos limites.

 

 

• L’assertivité permet de communiquer efficacement

 

On peut penser que communiquer de manière assertive prend du temps. Mais à force de ne pas exprimer vraiment ses besoins ou de nier ceux des autres. Nous ne pouvons que supposer avoir compris l’autre. Cela génère de multiples malentendus, du stress et d’innombrables fuites d’énergie.

Fonctionner ainsi consomme beaucoup d’énergie. Cela nous épuise et engendre la fuite d’une phénoménale quantité d’énergie et un grand gaspillage de temps.

Grâce à l’assertivité, on obtient beaucoup plus facilement ce que l’on veut et on gagne du temps, car notre communication est plus directe, plus claire et plus efficace.

Lorsque nos relations sont apaisées, nous n’avons pas peur de nous exprimer sans détour, sans ressentir de stress pour autant.

 

 

 

 

 4 • À l’inverse, les comportements « reflex » nous sont nuisible

 

 

Nous n’avons aucune raison de nous inquiéter si nous avons de temps à autre un comportement passif ou agressif, surtout s’il est adapté à une situation précise.

Par exemple, si l’on donne notre portefeuille à un agresseur armé ou si nous prenons un peu brutalement le ballon dans les pieds de notre adversaire au cours d’un match de football.

En revanche, si nos comportements sont le plus souvent passifs, agressifs ou manipulateur, et cela, contre notre volonté, parce que nous n’arrivons pas à nous affirmer, alors les conséquences de notre manque d’affirmation sur nous-même et notre entourage peuvent être graves.

 

 

• Le cercle vicieux de l’autodévaluation

 

Après un comportement trop passif, quand par exemple, on n’ose pas formuler une demande, on se sent frustré et on se reproche notre manque de courage. Ces frustrations, si elles se répètent, nous font nous sentir très nul et bon à rien. On se dévalorise.

La dévalorisation est à la fois la cause et la conséquence du manque d’affirmation de soi. Moins on s’affirme, plus on se dévalorise. C’est un cercle vicieux qui peut nous enfermer dans des relations toxiques.

 

 

• Attention aux relations toxiques

 

La peur de déplaire, le sentiment de ne pas valoir grand-chose peut nous pousser à subir sans réagir les remarques désobligeantes de notre entourage ou à rester avec quelqu’un qui nous fait du mal.

Si notre inconscient perçoit les piques, les attaques, voire les agressions, plus ou moins assumées, de l’autre, notre conscient peut se débrouiller pour s’en arranger. En se persuadant que la petite remarque grinçante n’était pas si méchante, que l’autre traverse une mauvaise passe, voire que l’on a dû dire ou faire quelque chose pour provoquer son agressivité.

C’est comme ça que petit à petit, de nombreux couples s’enfermes dans des relations toxiques et que l’on reste avec quelqu’un qui nous rabaisse et nous dévalorise en permanence (sur notre physique, nos compétences intellectuelles ou sexuelles…). Les hommes feront tout pour que leur compagne ne se sente pas désirable, tandis que les femmes donneront à l’homme l’impression qu’il est incapable de la combler.

Les personnes qui ont un comportement agressif, pensent qu’une relation ne peut pas être équitable. Dans un système de communication où c’est le plus fort qui gagne. Ils ont donc appris soit à devenir le plus fort, soit à se soumettre.

C’est pour cela qu’en opposant un comportement assertif à quelqu’un d’agressif, on lui propose une autre dynamique de couple, plus saine.

 

 

 

 

5 • Développer son assertivité

 

 

Vous ne pouvez certes pas toujours obtenir ce que vous voulez, mais en suivant des conseils simples vous saurez que vous avez fait de votre mieux. Des astuces, qui vous permettront de développer un comportement assertif :

– Croire au maximum en soi  : Adopter la pensé positive.

– Avoir une bonne connaissance de soi : Une bonne connaissance de soi permet d’être authentique et en congruence avec soi et les autres.

– Dépasser ses croyances limitantes : Il est important de développer une bonne estime de soi en surmontant ses freins « je vais blesser l’autre », « je vais me ridiculiser », « je vais déclencher un conflit ».

– Éviter les expressions floues : « éventuellement, si cela est possible », « oui, mais », qui laissent transparaitre un manque d’assurance. Il faut s’exprimer plus directement et plus clairement.

– Peser et choisir ses mots : Éxprimer son ressenti par rapport à un comportement en utilisant « Je », suivi de descriptions factuelles au lieu de jugements ou d’exagérations. Ceci encouragera votre interlocuteur à faire de même.

– Écouter activement et faire preuve d’ouverture d’esprit : Accepter que les autres puissent avoir des opinions différentes. Chercher à défendre son point de vue avec respect, plutôt que de l’imposer de manière agressive.

– Être ouvert aux compromis fondé sur l’intérêt mutuel : L’objectif doit être la résolution de la situation, et non l’autodéfense.

– Savoir dire oui ou non : Dire oui ou non au bon moment est un facteur d’épanouissement personnel considérable. Personne n’aime pourtant recevoir de refus, mais quand on ne veut réellement pas faire quelque chose, il faut le dire. Et puis prendre l’habitude de dire non aux autres, c’est aussi dire oui quand on en a vraiment envie, il est d’autant plus agréable à entendre.

 

Laisser un commentaire

L'adresse email ne sera pas publiée.Les champs marqués d'une astérisque sont obligatoires. *

love hgiugougoulg